L'histoire du miel

L'apiculture a toujours été pratiquée dans l'arrière pays languedocien.

Autrefois, les ruches étaient fabriquées en troncs de châtaigniers qui étaient creusés à l'aide de gouges. Le fond ouvert était posé à même le sol, le toit était fait de planches et recouvert d'une lauze (ardoise).
Nos ancêtres taillaient avec un couteau les rayons (bresco en Occitan), ils en extrayaient le miel dans des pressoirs ou en tordant ces rayons dans un linge. La cire qui en résultait était vendue aux fabricants de chandelles ou aux menuisiers pour leur finition sur les meubles. Les abeilles fournissaient le seul sucre que l'on consommait.

Dans les exploitations, posséder une ruche symbolisaient la vie et la prospérité du mas. Le maître de maison, responsable du rucher, prenait soin de ses abeilles. Après son décès, si le successeur n'était pas aussi attentionné, il arrivait que les abeilles partent. Cet abandon était alors considéré comme un oracle de mauvaise augure pour la prospérité du mas. Pour éviter ces dégâts, il existait un rituel :
le décès du maître était annoncé aux abeilles par l'héritier qui prêtait serment de veiller sur elles comme son prédécesseur et il plaçait un morceau de crêpe noir à la première ruche en signe de deuil.

Pour en revenir au châtaignier, c'était un arbre très respecté à l'époque. Utilisé entièrement, on l'appelait  "l'arbre d'or" ou "l'arbre à pain". Il était essentiel dans la vie quotidienne :

  • Les jeunes tiges permettaient de réaliser des treillages, des échalas, des cercles.
  • Les bogues étaient transformées en compost.
  • Les feuilles nourrissaient les troupeaux, garnissaient les paillasses.
  • Les troncs abritaient les abeilles.
  • Le fruit servait à la consommation (farine, châtaignon, cuit)
  • Le reste servait se chauffer !

Bien qu'en fort recul dans nos vallées, il peut arriver au cours d'une randonnée de voir des "ruches-troncs" ;  aussi appelées en occitan buc ou bornhon (prononcé bourgniou).

 

 

 

Le métier d'apiculteur

Entretien des emplacements

Il s'agit d'effectuer le débroussaillage afin d'éviter les incendies et de mettre les ruches sur des emplacements propres et faciles d'accès. Nous utilisons une débroussailleuse.
Période de l'année : février, octobre, novembre.

Nourrissement

Le nourrissement est indispensable en cas de disette afin d'éviter la perte de la colonie. Ces colonies nourries ne sont pas en production. Nous l'effectuons également sur les nouveaux essaims afin de favoriser leur développement.
Période de l'année : sepctembre, octobre, et de décembre à février.

Visites surveillance sanitaire

La surveillance est indispensable pour un maintien des bonnes conditions sanitaires des ruchers.

Transvasements annuels

Le transvasement est le fait de mettre la colonie dans une ruche propre. Nous effectuons cette opération sur toutes les ruches au printemps.

Élevage & réalisation essaims

Les essaims sont faits afin de pouvoir augmenter ou maintenir le cheptel à un nombre suffisant pour la rentabilité.

Transhumance

Nous déplaçons les ruches au fil des floraisons et dans un rayon d'une heure autour de la miellerie, afin de vous proposer des miels de variétés différentes.

Récoltes du pollen et gelée royale

Nous sélectionnons quelques colonies pour réaliser ces productions pendant une courte période dans l'année, afin de ne pas trop les affaiblir.

Récolte et extraction du miel

Les miels sont récoltés en fonction des floraisons et du climat.

Conditionnement du miel

Après l'extraction, le miel est conditionné directement en pot. L'étiquetage se fait immédiatement après et les pots peuvent ainsi être stockés pour la commercialisation.

Visites pédagogiques

Nous recevons, sur rendez-vous, les enseignants et leurs élèves qui ont inclus un projet pédagogique lié à l'abeille dans leur programme.

Commercialisation à la ferme

Nous vendons notre production tous les samedis matins directement à la miellerie

Commercialisation sur foire

Nous nous déplaçons sur certains évènements (salons et foires) pour faire connaitre notre production

Fonte des cires

Nous "recyclons" les cires que nos abeilles ont fabriquées. Nous les faisons fondre dans une grosse "cocotte minute" afin de les amener ultérieurement au maître cirier pour le gaufrage à façon. Cette opération ne peut être réalisée que les jours de pluie ou la nuit à cause de l'attraction de l'odeur pour l'abeille.

Construction et entretien du matériel

Durant les mois "creux", il est nécessaire de construire les cadres,... Durant l'hiver, nous réparons le matériel abîmé, nous rafraichissons les peintures des ruches,... afin que tout soit prêt pour les premières visites de printemps.

Projets, bilans, prévision, courrier et comptabilité

Nous avons besoin de planifier, améliorer,... régulièrement pour la survie de l'exploitation. Quelque fois, nous sommes à la limite de la remise en question.
Le facteur passe tous les jours avec des bonnes et mauvaises nouvelles ! qu'il faut traiter journalièrement pour éviter d'être submergé.
La comptabilité doit être faite assez régulièrement pour avoir une vue financière au plus proche de la réalité. Nous évitons de cette façon les mauvaises surprises et pouvons anticiper les difficultés à venir.